Transat retour... en Pogo 40 - Tchuda Popka 2

J21 - Grande operation lavage du bateau

4 février 2007 | 18:15 Jerome Samson

En route a 7 nds au 85 [Derniere minute : 9 nds au 95, sur la route]

Gwen l’armateur nous avait prevenu, Tchuda Popka est un bateau spartiate. Mais comme il nous le faisait remarquer pas plus tard que ce matin, il est quand meme bien equipe pour la navigation au long cours, puisqu’il y a une grande machine a laver a l’exterieur ! Et la, depuis 48h, on l’a bloquee en mode rincage, et si quelqu’un pouvait nous aider a trouver le bouton sechage doux, special equipiers delicats, parce que la, c’est bon c’est rince…

A retenir : ne jamais ecrire avant qu’elle soit passee “depression peu active” comme je l’ai fait dans le mail d’hier. En fait d’activite, rien de dangereux, mais un peu fatiguant, puisque nous ne sommes toujours pas passe dans la zone avec ciel bleu et vent d’W, mais sommes toujours dans la zone pluvieuse avec vent de S a SE, plutot fort pour l’occasion. Nous avons passe la plupart de la nuit sous des trombes d’eau (de pluie et d’embruns) par 30-35 nds (et plus si affinites) de vent de S a SE, et du coup on est bien remontes au nord de notre route directe. Ca ne nous a pas empeche de bien avancer, mais le “confort” a bord s’en est ressenti. Les plats lyophilises sont de nouveau de sortie, c’est bien pratique : prets en 3 min, pas de vaisselle, et ca cale bien !

On a depuis 2h derriere nous du ciel bleu qui n’arrive pas a nous rattraper, pourtant on aimerait bien, d’autant plus que le vent doit y etre un peu adonnant, un peu plus SW que celui qu’on a sous ce front froid qui semble avancer avec nous…

Ce matin, comme pour tester nos nerfs, apres avoir pris un ris dans la trinquette, petite blague pas tres drole de la drisse de ladite trinquette. Apres l’avoir envoyee, au moment de reloffer et de la border, la gaine de la drisse lache au niveau du taquet… Et hop, encore une petite demi heure de boulot, a faire les malins sur le pont alors qu’il pleut tout ce qu’il peut… Ni une ni deux, on remplace la drisse par la drisse de secours, et c’est reparti mieux qu’avant. Des que le temps se calmera, on essaiera de recoudre la gaine, et on pourra encore utiliser cette drisse, qui est maintenant devenue “de secours”.

Au passage, un petit coucou au coop carcassonnais, merci pour vos encouragements. Bonne chance a Laurene pour ses examens de la semaine, on pense bien a toi !

Derniere minute : ca y est le vent adonne, on va pouvoir choquer un peu les ecoutes et relancer la bete sur le cap !!

A tres bientot, il faut que j’aille voir les ecoutes !

Jerome, et tout l’equipage [bien mouille] de Tchuda Popka 2

[Sent from: 37.617,-20.535]

Catégorie : En mer | Voir sur la carte : Geo Mashup

7 Comments Add your own

  • 1. Pénélope (sans Homère)  |  février 4th, 2007 at 20:50

    la fille de Pénélope, Pénélope, la mère de Pénélope, le gendre de Pénélope | February 4th, 2007 at 11:14 am

    bref toute la famille “SansHomère” en direct de Saint-Emilion.

    bilan météo de la matinée:

    regard sur l’extérieur: brouillard, pas un rayon de soleil….. et si on restait bien au chaud dans la maison?!

    température ressentie à Saint Emilion: donnée inconnue de la fille de Pénélope et de sa mère qui attendent le retour du gendre pour avoir un avis sur la situation… sinon dans la maison tout va bien!

    vent: nouvelle donnée inconnue. Le brouillard empeche de voir la Tour du Roi et donc le drapeau qui pourrait nous donner quelques indications.

    conclusion: Saint-Emilion, malgré un brouillard épais et des températures surement faibles, est toujours superbe. On ne se lasse pas de la vue depuis la maison, bien que la vue sur la vallée soit un peu bouchée ce matin. La neige n’est plus là mais il ne faudrait surement pas grand chose pour qu’elle revienne.

    snif, bientot la fin du week end.
    pour la peine on va s’faire un bon p’tit repas made in famille SansHomère, avec quelques bons produits mis de coté par Homère avant son départ…. merci d’avoir pensé à nous!

    bonne fin de week end!

  • 2. Robert et Gisèle  |  février 4th, 2007 at 21:05

    Apres le bilan de St Emilion, bilan de Gradignan … :
    nous avons assiste a une belle partie de pelote en trinquet ou Celine et sa partenaire ont porte haut les couleurs feminines en “ecrasant” 40 a 36 … 2 puissants gaillards sous les “yo!” clames par Gael.
    C’est dimanche soir … profitez bien d’une nuit que nous vous souhaitons plus calme et moins arrosee.

  • 3. Une lectrice de Jerome (K. Jerome)  |  février 4th, 2007 at 21:16

    Si, trempés comme vous semblez l’être, vous êtes encore en état de sourire, voici une petite histoire de voile.

    “Nous louâmes un canot à voile au hangar à bateaux situé près du pont, et embarquâmes.

    « Ça souffle dur, aujourd’hui, nous lança le patron. Vous feriez bien de prendre un ris et de lofer court quand vous passerez la pointe. »

    Nous lui répondîmes que nous n’y manquerions pas, et le quittâmes sur un joyeux « Au revoir », tout en nous demandant ce qu’il entendait par « lofer court » et « prendre un ris ».

    Nous ramâmes jusqu’à être hors de vue de la ville, et là, devant cette vaste étendue d’eau, avec ce vent qui soufflait en tempête, nous estimâmes que l’heure était venue de hisser la voile.

    Hector – c’était, je crois, son nom – continua de ramer pendant que je la déroulais. La tâche me parut compliquée, mais j’en vins finalement à bout. C’est alors que se posa la question : comment distinguer le haut du bas ?

    Par une sorte d’instinct naturel, nous décidâmes, bien entendu, que le bas était le haut, et nous nous efforçâmes de mettre la voile sens dessus dessous. Mais, quoi qu’il en fût, cela nous prit beaucoup de temps pour l’installer. La voile semblait croire que nous jouions aux funérailles, et que j’étais la dépouille et elle le linceul.

    Quand elle eut compris qu’il s’agissait d’autre chose, elle me gratifia d’un coup de vergue sur le crâne et ne voulut plus rien savoir.

    « Mouille-la, me conseilla Hector. Trempe-la dans l’eau. »

    Il m’expliqua que les matelots sur les navires mouillaient toujours les voiles avant de les hisser. Je la mouillai donc, mais cela ne fit qu’empirer les choses. Une voile sèche qui vous claque dans les jambes et s’entortille autour de votre tête n’a rien d’agréable, mais, quand elle ruisselle d’eau, cela devient carrément insupportable.

    Nous y étant mis à deux, nous réussîmes cependant à la hisser. Nous la hissâmes – pas précisément sens dessus dessous, mais plutôt de travers – et nous l’attachâmes au mât avec l’amarre du canot, que nous coupâmes à cet effet.

    Nous ne chavirâmes pas : je me borne à constater le fait, ne pouvant en fournir une quelconque raison. J’ai souvent réfléchi à ce phénomène depuis, sans jamais parvenir à une conclusion satisfaisante.

    Peut-être cela fut-il dû à ce fameux esprit de contradiction inhérent à toutes choses en ce monde. Voyant notre conduite, le canot en aurait conclu que nous voulions nous suicider, en conséquence de quoi il aurait tout fait pour nous décevoir. C’est la seule explication plausible que j’aie jamais trouvée.

    En nous agrippant désespérément à la lisse, nous parvenions tout juste à nous maintenir dans le bateau, mais c’était là un travail épuisant. Hector me rapporta que les pirates et autres gens de mer attachaient le gouvernail et amenaient la grande vergue lorsque la tempête soufflait ; il estimait que nous devrions faire de même. Moi, j’étais d’avis de laisser le bateau vent en poupe.

    Comme mon idée était de loin la plus facile à mettre en pratique, nous l’adoptâmes, et cramponnés au bordage, nous laissâmes filer le canot. Ce qu’il fit pendant plus d’un kilomètre à une allure où je n’ai jamais plus vogué depuis, et que je ne tiens pas à expérimenter à nouveau. Puis dans un virage, il accusa une gîte si forte que la moitié de la voile trempa dans l’eau. Il se redressa par miracle et fila vers un long banc de vase molle.

    Ce fut la vase qui nous sauva.

  • 4. Marie-Anne  |  février 4th, 2007 at 21:54

    de retour d’un bien agréable week end saint-émilionnais, nous reprenons nos correspondances normandes!
    suite du programme météo du week end:
    bizarrement il fait meilleur ici qu’à saint-émilion…. et en plus pas pluie en vue….. c’est à n’y plus rien comprendre! :fou:

  • 5. capitaine haddock  |  février 5th, 2007 at 08:40

    Bonjour Tchudapopka, bonjour a tous

    50° 7 N- 8° 41 E-
    Francfort
    0°C
    Nuages épars
    Vent: S à 17 km/h
    Humidité: 100%

    Intéressant changement de programme mais je ne pense pas pouvoir venir vous accueillir a Marseille non plus. Guillaume, tu salueras (de très loin) Sitges de ma part, sans être nostalgique, ici, c´est quand même moins drôle.

    Surfez, voguez, tanguez tous ce que vous pouvez !

  • 6. pat et bab  |  février 5th, 2007 at 19:14

    nous ne sommes pas encore intervenus pour ne pas brouiller l’écoute(ille),mais nous sommes chaque jour ravis de vous lire.

    hier,en pensant à vous, nous avons mangés des soles allongés sur le tapis de sole abrités sous le parasole en écoutant ravel et son concerto en sole…

    courage à tous et bonne barbe à pierre

  • 7. Daniel  |  février 5th, 2007 at 23:21

    Hello Pierrot,
    Alors, content de croiser peut-etre la route d’Ulysse avant de retrouver ta Penelope ? Heureusement que tu connais le scénario, ça t’evitera bien des ennuis… Content aussi je presume d’eviter le Golfe de Gascogne, les coups de tabac, les depressions, ça suffit, et la température sera surement meilleure. Je suppose que, sentant “l’ecurie”, tu dois commencer a compter les milles mais Tchuda carbure bien. Encore un petit thon mediterraneen au passage et tu me raconteras la difference.
    Ici tout est OK, on pense toujours a toi.
    A bientot, salut à tous

Leave a Comment

Required

Required, hidden

Some HTML allowed:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <code> <em> <i> <strike> <strong>

Trackback this post  |  Subscribe to the comments via RSS Feed


Calendrier

février 2007
L Ma Me J V S D
« jan    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728  

Messages les plus récents

Catégories

Liens

  • Commentaires récents

    • Eric Manzano Je confirme que l’Espagne a pris l’île d’Alboran, en 1540, à un pirate - ou corsaire...
    • xasdasdasd L’îlot d’Alboran appartient à l’Espagne depuis 1540 qui, selon l’historiographie...
    • Lorin Bonjour, Tout d’abord bravo pour votre site et excusez ma question qui ne concerne pas l’article...
    • Guillaume (de retour à terre) Nous n’avions pas toujours la radio à bord, aussi ai-je bien ris en tournant le...
    • Vivien Merci pour cette tasse, que dis-je ce bol, cette casserolle, cette marmite d’air frais. Regarder les...
  • Images

    www.flickr.com