Transat retour... en Pogo 40 - Tchuda Popka 2

J32 - Le Pogo c’est quand meme bien crevant !

15 février 2007 | 18:33 Jerome Samson

Au moteur a 5 nds au 47

Voila plus d’un mois que nous sommes en mer sur Tchuda Popka 2, certes en comptant deux escales de courte duree, et nous sommes tous bien fatigues. Nous n’en avons pas beaucoup parle dans ces mails quotidiens, mais nous ressentons tous apres ces quelques 4000 milles parcourus sur l’Atlantique et la Mediterrannee, une grande fatigue physique. Nous vous avons surtout relates nos grands moments, mais donne peu de details sur la vie a bord telle qu’elle est reellement. Et Tchuda Popka n’est qu’un cousin tres eloigne des palaces flottants que nous visitons tous au salon nautique chaque annee.

Je vous propose de reprendre rapidement les quelques semaines ecoulees. Pendant les 5 premiers jours, nous etions au pres en permanence dans l’Alize, un bon force 6 de haute mer, certes au chaud, mais aussi au mouilles en permanence : douches d’embruns a l’exterieur, sauna a l’interieur, le tout avec 15 / 20 degres de gite… On s’est vite amarines, mais on a aussi decouvert que physiquement, c’etait un beau challenge pour 4 equipiers certes sportifs, mais pas entraines a lutter jour et nuit contre la gite et a faire les efforts particuliers pour regler des voiles tres puissantes. On a ensuite passe 15 jours dans le train de depression des 30 degres de latitude nord, toujours sur le qui-vive, pour regler et ajuster la voilure, avec les differentes peripeties dont nous nous souvenons tous : grains memorables et eprouvants, physiquement et moralement. Au passage des Acores, nouvelle depression qui nous a contraint a naviguer pres de 72h au pres-bon-plein dans 30 noeuds de vent, tres dur physiquement a nouveau, avec les contraintes importantes sur la vie a bord qui vont avec la gite importante et le bateau qui tape dans les vagues… Gibraltar et son coup de Trafalgar ont aussi laisse de lourdes sequelles sur l’equipage, et nous sommes arrives a Ceuta, grand voile blessee et moral dans les chaussettes ! Heureusement, 30 heures plus tard, le moral etait de retour, et nous voila a nouveau en mer, avec une solution bien ficelee pour reparer la GV. A Torremolinos, grace au climat de la station balneaire la plus chaude d’Europe, nous avons bien pu y recuperer, tout en continuant a nous depenser physiquement pour remettre le bateau en etat de traverser la Mediterrannee. Et vous vous souvenez surement des recits des deux journees et nuits musclees que nous avons passees hier et il y a 3 jours, a nouveau extremement eprouvantes physiquement, avec moult manoeuvres, prises de ris et empannages dans du vent fort…

Detaillons aussi le deroulement d’une des 30 nuits que nous avons passees en mer. Habituellement, Guillaume prend le premier quart, vers 20h, juste apres le diner. Denis reste a moitie habille / endormi, pour etre pret a bondir si besoin, il prend son quart a 23h. Je lui succederai vers 2h du matin, et Guillaume reviendra sur le pont vers 6/7h. Quant a moi, j’ai souvent du mal a trouver le sommeil a ce moment, me demandant a quelle sauce nous allons bien nous faire manger cette nuit : je re-regarde la meteo, la nav, les milles parcourus et restant, le barometre qui se prend souvent un petit plongeon a ce moment la… Et tres souvent, vers 21h/22h, tout ce petit monde se retrouve sur le pont pour prendre un ris ou manoeuvrer… Retour a la banette, il faut arriver a retrouver son sac de couchage, se deshabiller (retirer harnais, veste et salopette de quart, bottes et chaussettes) d’une main (l’autre sert a se tenir pour ne pas tomber) et se glisser dans un espace qu’on a du mal a qualifier de couchette, tant il est bizarrement penche. Le tout en essayant de ne pas reveiller ceux qui dorment deja… Quelques heures plus tard, quelqu’un de tres mal intentionne vous reveille en disant : “Le vent monte encore, habille toi vite et vient m’aider a prendre le 3e ris…”. En fin de nuit, Guillaume me reprend le quart, vers 6 ou 7h du matin, mais la journee commence deja, et si on veut a la fois recuperer un peu de sommeil, envoyer un mail a Gwen avec notre nouvelle position pour pouvoir faire le point sur la suite dans la matinee, et avaler un petit dejeuner, il faut bien viser… Le tout avec de nouvelles manoeuvres que le petit pere Guillaume, bien repose, nous propose gentiment : “On est toujours avec 3 ris, et il n’y a plus que 15 nds de vent, on renvoie la toile et on prepare le gennaker ?”. Et hop, la petite sieste d’apres le quart y passe ! Pierre s’est joint a l’un de nous pendant la nuit, a tour de role, et c’est alors un quart different pour celui qui est en binome avec lui : plus reposant car il peut veiller et surveiller sans relache, et aussi plus facile pour manoeuvrer au besoin, car on n’a alors pas a reveiller l’un des dormeurs pour aller lacher un ris ou en prendre un supplementaire. Et hop, la matinee est deja bien avancee, et il faut penser au repas : d’abord faire la vaisselle de la veille “Passe moi un seau d’eau de mer” (derriere ca, il y a un serieux parcours du combattant pour aller le prendre ce seau d’eau de mer !), et epluchage (toujours a une main…) de quelques patates, cuisine gastronomique ou il faut sans cesse se cramponner et se retenir d’une main, tandis que l’autre tente difficilement de retenir la cocotte qui a decide de ne pas rester la gentiment… Bref, la moitie de l’energie du repas y passe deja dans sa preparation ! Mais les bolinos et autres lyophs, c’est pour la regate ou le tres gros temps !

A la lecture de ces quelques lignes, vous vous demanderez sans doute comment Gwen a reussi a faire tout ca tout seul : nous aussi on se le demande, et rien que d’y penser on est encore plus fatigues… en plus il a ete carrement plus vite que nous, en solo ! Gwen, tu as vraiment notre respect infini, et on aimerait bien faire un petit tour avec toi sur ton joli bateau, pour prendre une bonne lecon !

Ah, ce Tchuda Popka, il nous en a pris de l’energie ! Mais aussi, qu’est-ce qu’il nous a donne comme moments inoubliables, que je ne vais pas essayer de resumer ici : ils sont pour beaucoup racontes dans les nombreux mails que nous avons envoyes au jour le jour, et d’autres qui ne se racontent pas mais se vivent uniquement, mais tous graves au plus profond de chacun d’entre nous. Parmi ces moments forts, la lecture de vos encouragements (relayes par Adeline) a compte pour beaucoup, et a ete un reconfort quotidien.

Et ce n’est pas encore fini ! Il nous reste encore quelques 120 milles a parcourir avant de fouler le quai du Vieux Port de Marseille, si tout va bien demain en fin de journee, plus tot si le vent revient comme annonce par notre meteo. Et ces derniers milles, on en profite a fond, certains de ne pas revivre de si tot une telle aventure. Ce matin, apres une nuit encore tres eprouvante (rafales a plus de 40 nds), nous avons eu le plaisir de voir au loin les sommets enneiges des Pyrenees (”Quand on voit Pyrenees, on a de la neige plein les pieds, Quand on voit le Canigou, on a de la neige jusqu’au cou”), et de passer une nouvelle superbe journee tres ensoleillee et avec jusque ce qu’il nous fallait comme vent pour bien se reposer. Quoi de mieux pour feter l’anniversaire de Pierre ?

Bonne nuit a tous, et a demain pour notre dernier message envoye en mer (inch’allah) !

Jerome et tout l’equipage de Tchuda Popka 2

[Sent from: 41.76,3.417]

Catégorie : En mer | Voir sur la carte : Geo Mashup

14 Comments Add your own

  • 1. Sophie D  |  février 15th, 2007 at 19:15

    Bon on vous sent un petit peu au bout du rouleau! Alors je vous envoie tous mes encouragements pour cette dernière nuit! Je pense que l’accueil à Marseille par vos plus grands fan sera à la hauteur de vos attentes!
    Profitez bien de vos derniers moments à bord et see you soon!!!
    Bises
    Sophie

  • 2. capitaine haddock  |  février 15th, 2007 at 19:26

    Bonjour Tchudapopka, bonjour a tous, bienvenus en France,

    50° 7 N- 8° 41 E-
    Francfort
    9°C
    Nuages épars
    Vent : NE à 4 km/h
    Humidité : 48%

    Si j´en crois votre dernier mail, je crois qu´il est temps pour des FELICITATIONS officielles et quelques BRAVOS et HOURRAS !!!
    Ce n´était pas vraiment très fatiguant de suivre votre progression sur un écran mais sachez bien qu´il y avait du monde pour penser a vous tous les jours. Faites attention quand vous toucherez la terre, ça risque de tourner un peu.

    Profitez bien, 1000 bises du capitaine Haddock.

  • 3. Laurent  |  février 15th, 2007 at 20:05

    Felicitations a tous pour cette traversee qui nous a fait rever par procuration. Felicitations (en retard) a Gwen egalement qui reste le maitre inconteste de Beau Petit Derriere 2.

    S’il reste un peu de germont seche ou quelques bolinos encore pleins je suis preneur, a envoyer au bureau svp.

  • 4. sego  |  février 15th, 2007 at 21:03

    ah ben mince alors, je croyais que vous etiez des super- heros, mais en fait non…
    bon c’est pas grave. bravo quand meme. moi j’aurai eu trop peur de faire ca :-)
    pour les bolinos, je donne ma part a qui veut…..

  • 5. Robert et Gisèle  |  février 15th, 2007 at 21:12

    Un tres grand bravo pour l’ ensemble de votre oeuvre a laquelle
    vous allez tres bientot mettre un point final; plus encore que pour
    votre performance d’ equipe que l’ on apprecie mieux apres votre dernier message, nous vous felicitons et vous remercions pour votre calme et votre serenite qui nous permettent de dire, en parlant de nous : “meme pas peur ”
    Merci encore de nous avoir fait vivre, comme si on y etait (presque…) votre formidable periple marin

  • 6. louviers  |  février 15th, 2007 at 21:30

    Evidemment, on s’en doutait un peu que ce n’était pas une croisière sur un palace cinq étoiles…alors bravo pour tout,… la performance physique, psychologique, et la vie à quatre…
    Pour vous requinquer un peu…il me semble que dans des temps un peu lointains, on faisait des piqures d’eau de mer comme tonique pour les gens fatigués… mais dans votre cas çà me semble un peu ironique…
    Allez, un bon lit, un bon gueuleton…çà approche…

  • 7. Homère (ou Pénélope)  |  février 15th, 2007 at 21:34

    Ulysse s’éveillait de son premier sommeil sur la terre natale, mais sans la reconnaître après sa longue absence; car Pallas Athéna, cette fille de Zeus, avait autour de lui versé une nuée, afin que, de ces lieux, il ne reconnût rien et qu’il apprît tout d’elle…
    Brusquement relevé, debout, il contemplait le pays de ses pères…Il se prit à gémir et, du plat de ses mains se frappant les deux cuisses, il eut un cri d’angoisse:
    Ulysse.- Quel est donc ce pays? hélas! chez quels mortels suis-je enfin revenu?…chez un peuple sauvage, des bandits sans justice?…ou des gens accueillants qui respectent les dieux?…
    Avec quels sanglots il pleurait sa patrie, en se trainant au bord des vagues mugissantes!
    Athéna vint à lui. Elle avait pris les traits d’un jeune pastoureau, d’un tendre adolescent…
    Ulysse en la voyant eut le coeur plein de joie. Il vint à sa rencontre et dit ces mots ailés:
    Ulysse.- Ami, puisqu’en ces lieux, c’est toi que, le premier, je rencontre, salut!… Quel est donc ce pays? et quel en est le peuple? et quelle en est la race? Est-ce une île pointant sur les flots comme une aire ou, penchée sur la mer, n’est-ce que l’avancée d’un continent fertile?
    Athéna, la déesse aux yeux pers, répliqua:
    Athéna.- Es-tu fol, étranger, ou viens-tu de si loin? Sur cette terre, ici, c’est toi qui m’interroges? Pourtant, elle n’est pas à ce point inconnue: elle a son grand renom, aussi bien chez les gens de l’aube et du midi que dans les brumes du noroît, au fond du monde! … Sans être très pauvre et sans être très vaste, elle a du grain, du vin plus qu’on ne saurait dire, de la pluie en tout temps et de fortes rosées: un bon pays à chèvres!…un bon pays à porcs!… Et voilà, étranger, pourquoi le nom d’Ithaque est allé jusqu’à Troie, que l’on nous dit si loin de la terre achéenne.
    A ces mots, quelle joie eut le divin Ulysse!
    Odyssée. Chant XIII.

  • 8. Marie-Anne  |  février 15th, 2007 at 21:36

    ben j’le dis p’t'tre pas assez mais mon p’tit papa je suis sacrément fière de toi!

    le résultat est là: un mois en mer, avec ses galères et ses formidables moments j’imagine, mais quoi qu’il en soit vous l’avez fait, tous les 4! donc pour ça un immense BRAVO!

    un travail d’équipe, avec les capacités de chacun mises au service du groupe, une belle preuve de solidarité intergénérationnelle, un sacré défit relevé à 4 mais que vous avez formidablement bien su nous faire partager bref que de belles valeurs à souligner auprès de mes élèves.
    un bien bel exemple!

    BRAVO!!!!!!!!!
    dommage que je ne sois pas encore en vacances…. à une semaine près….snif. je ne serai pas parmi le comité d’accueil.

  • 9. Guillaume  |  février 15th, 2007 at 22:24

    Vous approchez du but!
    Bon courage à tous pour cette dernière journée, et certainement pour votre retour à terre.
    Rendez-vous à paris pour nous raconter tout ça.
    Guillaume

  • 10. Brigitte et Michel  |  février 15th, 2007 at 22:52

    Bon Anniversaire Pierre et encore BRAVO à tout l’équipage.
    Et merci de nous avoir fait vivre les moments forts et le quotidien de la vie à bord. Nous nous doutions bien que c’était difficile et fatigant, mais cela apparait encore plus sur la description de vos quarts et de toutes les tâches quotidiennes.
    Nous allons être tristes de ne plus être reliés à Tchuda Popka 2 et à tous vos amis par ce blog. A quand le grand rassemblement de tous les blogueurs autour des valeureux descendants d’Ulysse, de Jerome K Jerome, sans oublier Gwen ?
    Nous avons hâte de vous revoir.

  • 11. alain charlier  |  février 15th, 2007 at 23:01

    Bravo ! notre admiration amicale à tous (hommes et pogo)
    et bon anniversaire au Peyo
    Alain et les “restaterre”

  • 12. jacques et anne-christine  |  février 16th, 2007 at 08:59

    Courage le but est proche, les derniers milles sont parfois les plus troublants entre desir d’arriver et regrets de voir l’aventure prendre fin malgre les epreuves traversees. Quoi qu’il en soit felicitation et bravo encore au 4 mousquetaires de Tchuda Popka 2. Merci également a tous ceux ou celles qui a terre nous ont permis de partager votre aventure.

  • 13. catherine et bernard  |  février 16th, 2007 at 09:10

    Bravo pour votre exploit !
    Nous ne pourrons pas être à votre arrivée mais serons de tout coeur avec vous. Nous espèrons bien pouvoir fêter cet évènement prochainement avec vous….
    Bon courage à tous les 4 pour votre retour dans les réalités bien différentes qui vous attendent …. Mais vous pourrez continuer à rever de mer, de dauphins, de vagues, de vent pendant longtemps et ainsi nous faire partager vos passions !

  • 14. marc le masson  |  février 16th, 2007 at 12:49

    je ne suis pas toujours le premier pour ecrire mais je serais surement l’un des dernier pour votre premiere tranatlantique.le climat c’est mis au printemps pour vous acueillir a terre!MERCI ENCORE POUR VOS TALENTS LITTERAIRES! Voila j’ai encore oublier les majuscules! Pour ceux qui veulent dormir la maison est ouverte seuls les canrds vous reveilleront!Sans vouloir vous faire peur je crois qu’il vous faudra quelques semaines pour recuperer c’est là la rancon de la gloire. L’essntiel dans la fatigue est de garder le moral et de ne pas s’embarquer dans les paradis artificiels vous n’etes pas obliges de finir toutess les bouteilles de saint-emilion qui nous faisaient tant envie.Vous arrivez dans un week end de grande transhumance attention aux autres ! Dans l’attente d’un coup de fil terrentre bonne arrivee a massilia

Leave a Comment

Required

Required, hidden

Some HTML allowed:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <code> <em> <i> <strike> <strong>

Trackback this post  |  Subscribe to the comments via RSS Feed


Calendrier

février 2007
L Ma Me J V S D
« jan    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728  

Messages les plus récents

Catégories

Liens

  • Commentaires récents

    • Eric Manzano Je confirme que l’Espagne a pris l’île d’Alboran, en 1540, à un pirate - ou corsaire...
    • xasdasdasd L’îlot d’Alboran appartient à l’Espagne depuis 1540 qui, selon l’historiographie...
    • Lorin Bonjour, Tout d’abord bravo pour votre site et excusez ma question qui ne concerne pas l’article...
    • Guillaume (de retour à terre) Nous n’avions pas toujours la radio à bord, aussi ai-je bien ris en tournant le...
    • Vivien Merci pour cette tasse, que dis-je ce bol, cette casserolle, cette marmite d’air frais. Regarder les...
  • Images

    www.flickr.com